Qu'est-ce qu'un système de gestion des marchandises ?

Un système de gestion des marchandises (SGM) est un logiciel qui peut être utilisé pour contrôler le flux de marchandises dans ton entreprise. Les entreprises de vente au détail, en particulier, utilisent des systèmes de gestion des marchandises pour informatiser leurs principaux domaines d’activité, à savoir les achats, la réception des marchandises, l’entreposage, la vente et la sortie des marchandises.

weclapp
L'ERP pour ton équipe.

Sommaire

Qu'est-ce qu'un système de gestion des marchandises ?

Pour comprendre plus précisément le terme de système de gestion des marchandises, il faut d’abord le décomposer en ses différents composants (« gestion des marchandises » et « système »). La gestion des marchandises fait partie de l’administration des affaires. Sa mission est la gestion économique de tous les biens matériels (= marchandises) d’une entreprise. Il garantit que les articles sont toujours disponibles:

  • Dans la bonne quantité et de qualité,
  • au bon moment,
  • à l’endroit souhaité,
  • et au plus bas coût possible.

De même, elle fournit toutes les informations nécessaires sur les biens matériels.
À cette fin, elle enregistre, planifie, gère et contrôle tous les flux de marchandises. La gestion de marchandises analyse également les stocks et les mouvements de marchandises.

Un système de gestion des marchandises est donc un logiciel qui assiste les entreprises dans la mise en œuvre des tâches ci-dessus. Pour atteindre cet objectif, il cartographie tous les inventaires et les mouvements de marchandises – de l’approvisionnement à l’entreposage, en passant par la vente et l’expédition.

En plus de contrôler le flux de marchandises, les solutions modernes de gestion de marchandises prennent également en charge les tâches suivantes :

  • Capture et mise à disposition des données relatives aux clients et aux marchandises
  • Facturation
  • Inventaire
  • Statistiques (rapports, évaluations et analyses)

Qui utilise un système de gestion des marchandises ?

Les systèmes de gestion des marchandises sont principalement utilisés par les entreprises dont l’activité principale tourne autour du mouvement de marchandises. Il s’agit principalement de sociétés commerciales, c’est-à-dire de sociétés qui achètent des marchandises et les revendent ensuite. Une distinction est faite entre les grossistes (ventes aux clients commerciaux = B2B) et les détaillants (ventes aux consommateurs finaux = B2C). 

Les sociétés commerciales utilisent différents canaux de vente. Il s’agit notamment des magasins de détail stationnaires, des boutiques en ligne et de Marketplace du e-commerce. Certains disposent de leur propre entrepôt, tandis que d’autres utilisent des concepts tels que le dropshipping aussi appelé livraison directe. Les SGM modernes prennent en charge tous ces canaux de vente et concepts logistiques. 

Quels processus sont imbriqués dans la gestion de marchandises ?

Un système moderne peut englober tous les processus opérationnels d’une société commerciale. Ils peuvent être répartis dans les catégories suivantes :

Type de processus Description Exemple
Processus de marchandise Processus relatifs aux biens physiques Stockage, transfert, prélèvement, transport
Processus de disponibilité Processus sans contact physique avec les marchandises Commande-fournisseurs, traitement des commandes, création du bon de livraison
Processus comptables Mise en valeur des changements liés à la valeur à travers les processus de marchandises et de disponibilité Comptabilisation des documents avec les valeurs commerciales correctes
Processus de Controlling Analyse et agrégation des données provenant des processus de gestion des marchandises, de disponibilité et de comptabilité pour le contrôle et la gestion de l'entreprise Entre autres, des analyses de stocks, d'assortiments, de groupes de clients ou de marges


Comment les systèmes de gestion de marchandises ont-ils vu le jour ?

Les premiers systèmes de gestion des marchandises existaient déjà dans les années 60. Cette décennie a également vu l’arrivée sur le marché de « caisse de données ». En plus des montants monétaires, ils pouvaient également enregistrer des informations supplémentaires telles que le vendeur, le service concerné dans l’entreprise et le groupe de produits.

Les premiers systèmes avaient essentiellement les tâches suivantes :

  • Saisie des données à l’entrée et à la sortie des marchandises
  • Gestion des stocks
  • Support du système de commande

Au fil du temps, les solutions se sont développées de manière constante. Cette évolution a été particulièrement rapide au cours des 20 dernières années. Les solutions sont devenues de plus en plus complètes, intégrées et complexes. Les nouvelles possibilités résultent avant tout du fait que les performances du matériel et des logiciels ont considérablement augmenté. 

Aujourd’hui, la gestion innovante des marchandises soutient les formes modernes de distribution telles que le commerce omnicanal et les concepts logistiques complexes tels que le dropshipping ou le juste-à-temps. Il en va de même pour des approches telles que l’échange de données entre systèmes et entre entreprises ou la lecture de codes-barres. 

Quelle est la différence entre les systèmes de gestion des marchandises et les systèmes ERP ?

Les termes ERP (Enterprise Resource Planning) et gestion des marchandises sont souvent utilisés comme synonymes. Toutefois, ce n’est pas tout à fait exact, car les deux types de systèmes diffèrent dans leurs origines. Par exemple, les systèmes classiques de gestion des marchandises se concentrent sur le flux des matériaux, alors qu’un système ERP (aussi appelé progiciel de gestion intégré ou PGI) permet la planification et le contrôle de toutes les ressources de l’entreprise. Outre les biens, il s’agit par exemple du personnel, des actifs fixes (par exemple, les machines) et des ressources financières. Ainsi, la gestion des marchandises peut être décrite comme un sous-domaine des logiciels ERP. 

Dans la pratique, les frontières entre les systèmes de gestion de marchandises et les ERP sont désormais très floues. En effet, les systèmes modernes de gestion de marchandises des ressources d’entreprise couvrent de plus en plus de domaines ERP classiques, y compris le contrôle et la production. 

Quels sont les avantages d'un système de gestion de marchandises ?

Les systèmes de gestion des marchandises offrent de nombreux avantages aux entreprises du secteur de la vente. Essentiellement, ils veillent à ce que les processus d’entreprise fonctionnent efficacement et sans heurts en les numérisant, en les optimisant et en les automatisant. Sur cette base, l’entreprise peut ensuite générer une valeur ajoutée supplémentaire :

  • Des économies de temps et d’argent
  • Plus de transparence
  • Croissance
  • Une plus grande satisfaction des clients

Des exemples concrets illustrent mieux la manière dont cela peut se traduire dans la pratique au sein des différentes unités commerciales. Jetons-y un œil :

Département | Processus Avantages d'une gestion de marchandises
Direction Identifie plus rapidement les risques et les opportunités grâce à des données en temps réel. Accède facilement à des statistiques et des indicateurs clés de performance (KPI) robustes.
Commande Gain de temps : effectue des tâches de routine récurrentes telles que la création de devis, de commandes et de factures en quelques clics.
Achats Accéde rapidement aux statistiques pour l'optimisation de l'assortiment, utilise les suggestions de commande automatiques et assure un réapprovisionnement en temps voulu.
Logistique Obtiens une transparence maximale et optimise les quantités en stock grâce à diverses évaluations de l'entrepôt.
Ventes Connecter les systèmes de boutiques et Marketplace, minimiser le risque de ventes à découvert
Gestion des retours Documenter les retours et les suivre en temps réel, évaluer les raisons des retours de manière standardisée
Inventaire Travaille plus rapidement via codes-barres à scanner, automatise l'évaluation des marchandises selon des principes communs (par exemple FiFo, LiFo)
Tous les départements Collaborer sur la base de données partagées et garantir des processus fluides et sans erreur

Quels types de sytèmes de gestion des marchandises ?

Les systèmes de gestion des marchandises peuvent être classés en fonction de plusieurs critères :

  • Type de développement (logiciel standard vs. logiciel individuel)
  • Modèle d’exploitation (sur site ou sur Cloud)
  • Portée fonctionnelle (systèmes de gestion de marchandises fermés, ouverts et intégrés)
  • Orientation sectorielle (solution standard et spécifique au secteur)

Logiciel standard ou logiciel individuel

Les logiciels standard sont développés par les fournisseurs pour un large groupe cible et fournis avec des fonctionnalités par défaut. En revanche, les logiciels individuels sont construits individuellement pour une entreprise. Les deux variantes présentent certains avantages et inconvénients : 

Avantages et inconvénients des logiciels standard Avantages et inconvénients des logiciels individuels
Coûts d'acquisition faibles Coûts d'acquisition élevés
Adaptation quelque peu limitée, mais néanmoins possible dans le cadre du Customizing Une solution sur mesure, exactement adaptée
Disponibilité rapide Longue période de développement
Peu de maintenance Frais de maintenance élevés
Développement continu par les fournisseurs Le développement doit être poursuivi par une équipe dédiée
Capacité de Màj La capacité de Màj doit être assurée par l'utilisateur lui-même (effort important).

On-Premise vs. Cloud

Les systèmes de gestion des marchandises peuvent être exploités soit sur place (dans un centre informatique local), soit dans le Cloud (SaaS = Software as a Service). Les deux modèles d’exploitation se distinguent comme suit : 

Système On-Premise Solution Cloud
Toutes les données restent en interne Les données se trouvent chez un prestataire de services externe (exigences élevées en matière de fiabilité)
Coûts d'investissement élevés pour son propre matériel Pas d'investissement en matériel informatique
Personnel informatique dans l'entreprise nécessaire pour la maintenance et l'exploitation Pas besoin de personnel (le fournisseur s'occupe de l'exploitation, de la maintenance et des mises à jour)
La plupart du temps, il faut acheter des paquets de licences Le logiciel est "souscrit" mensuellement à un tarif transparent.
Pas facilement modulable Excellente modulabilité en cas de besoin
Longue mise en œuvre Rapidement prêt à l'emploi

Fonctionnalités

Les logiciels de gestion de marchandises peuvent également être catégorisés en fonction de l’étendue de leurs fonctionnalités. Dans ce cas, les classifications suivantes sont possibles :

  • Gestion de marchandises fermée : tous les domaines clés de l’entreprise utilisatrice (achat, stockage, distribution) sont couverts par le système.
  • Gestion de marchandises ouverte : au moins un des domaines clés n’est pas couvert par le système, mais par un système tiers (relié par des connecteurs).
  • Gestion de marchandises intégrée : tous les modules de base sont disponibles. Il existe en outre des connecteurs vers l’extérieur (par exemple vers les fournisseurs, les prestataires de services logistiques et les banques).

Orientation sectorielle

Enfin, les systèmes de gestion de marchandises peuvent être classés en différents types en fonction de leur groupe cible. Il existe d’une part des solutions indépendantes du secteur. D’autre part, il existe des systèmes qui ont été spécialement développés pour certains secteurs, comme les logiciels pour le commerce de détail alimentaire ou pour les commerçants en ligne. Les solutions multicanales, qui prennent en charge plusieurs canaux de vente simultanément, sont également de plus en plus fréquentes.

Comment un système de gestion des marchandises est-il structuré ?

Un SGM est toujours basé sur une base de données centrale dans laquelle deux types de données sont enregistrés : Les données de base et les données de mouvement. 

Les données de base sont des données fondamentales qui changent relativement rarement. Les enregistrements de données de base classiques sont par exemple les clients, les fournisseurs et les articles (matériaux). Les données de mouvement, en revanche, sont dynamiques. Elles sont créées dans le cadre des activités quotidiennes. Ainsi, les stocks actuels ou les documents tels que les commandes, les ordres et les factures font partie de cette catégorie. 

D’un point de vue fonctionnel, les systèmes de gestion des marchandises sont généralement modulaires. Cela signifie qu’il existe un module fonctionnel spécifique pour chaque domaine de gestion d’entreprise (plus d’informations à ce sujet dans la section suivante).

Quelles fonctions un système de gestion des marchandises doit-il avoir ?

Aujourd’hui, un SGM se compose généralement de plusieurs modules qui peuvent être assemblés de manière flexible afin de représenter l’étendue des fonctions nécessaires. Les solutions SGM complètes possèdent au moins les modules de base suivants : 

  • Approvisionnement en marchandises
  • Gestion des stocks
  • Vente de marchandises

S’y ajoutent, selon le système, des modules fonctionnels et des interfaces supplémentaires. Examinons maintenant de plus près les principales caractéristiques de chaque module.

Fonctions pour l'approvisionnement en marchandises (achat et réception de marchandises)

Bien entendu, la gestion des marchandises doit soutenir les processus d’approvisionnement des entreprises commerciales. L’objectif premier est ici de garantir une mise à disposition efficace et économique des marchandises par les fournisseurs. Dans ce domaine, les fonctions suivantes sont particulièrement pertinentes :

  • Gestion des fournisseurs : gestion des données de base des fournisseurs et de toutes les informations importantes relatives aux achats (par exemple, contrats, accords, prix, historique des contacts), le cas échéant, analyses des fournisseurs (par exemple, respect des délais) 
  • Planification des besoins : détermination des quantités et des dates de livraison optimales sur la base des besoins et/ou des consommations, prévention des goulots d’étranglement de livraison et des surstocks, création automatisée de propositions de commande (demandes d’achat)
  • Achats : gestion des demandes, comparaisons de prix, gestion des conditions, commandes, suivi des délais de livraison, réclamations 
  • Réception des marchandises : soutien du contrôle de la réception des marchandises (contrôle qualité), enregistrement des entrées de marchandises (y compris affectation aux commandes), enregistrement et gestion des livraisons partielles
  • Contrôle des factures entrantes : contrôle des factures des fournisseurs (comparaison avec la commande, les bons de livraison et les écritures d’entrée de marchandises), transmission à la comptabilité financière 

Fonctions pour la gestion des stocks

Dans ce module, les entreprises disposant d’un SGM gèrent tous les mouvements de marchandises tels que les entrées, les sorties et les transferts. De même, elles surveillent et gèrent les stocks pour tous les articles. Les principales fonctionnalités pour l’entrepôt et la logistique interne sont les suivantes : 

  • Mise en stock : attribution d’emplacements de stockage (emplacements fixes ou dynamiques), enregistrement de l’entrée
  • Gestion des stocks : suivi des stocks pour tous les articles (en partie avec gestion des lots et des numéros de série)
  • Picking: comptabilisation des sorties de marchandises de l’entrepôt.
  • Enregistrements internes : Transferts et cas particuliers (par ex. prélèvements internes, mise au rebut) 
  • Réapprovisionnement : transferts automatisés dans des entrepôts dits de réapprovisionnement (par ex. dans le cas de plusieurs filiales de vente)
  • Inventaire : soutien des procédures d’inventaire courantes (inventaire à jour fixe, inventaire permanent), préparation de l’inventaire (établissement de listes de comptage), réalisation de l’inventaire (le cas échéant avec un lecteur de codes-barres), évaluation de l’inventaire, comptabilisation des différences

Fonctions pour l'écoulement des marchandises (vente et sortie de marchandises)

Dans ce module de la gestion des marchandises, tout tourne autour du client et de sa livraison optimale de marchandises. C’est pourquoi une gestion des marchandises soutient tous les processus commerciaux de vente et d’expédition. Les fonctions particulièrement importantes sont : 

  • Gestion des clients : génération, gestion et évaluation des contacts avec les clients
  • Marketing : planification, réalisation et suivi des actions de marketing
  • Gestion des offres : Saisie de demandes de clients, création d’offres
  • Vente : représentation des ventes conclues sur tous les canaux de distribution (par ex. magasin avec système de caisse, boutique en ligne, Marketplace e-commerce)
  • Gestion des commandes : saisie des commandes et lancement des processus suivants (en commençant par la confirmation de la commande)
  • Préparation des commandes : attribution des stocks aux commandes, création automatisée de listes de prélèvement (éventuellement sans papier), prélèvement de la marchandise (éventuellement avec un lecteur de codes-barres), préparation pour l’expédition
  • Expédition : création automatique des documents d’expédition (bons de livraison, étiquettes), planification des tournées, enregistrement des envois auprès des prestataires de services d’expédition (idéalement via une interface)
  • Facturation : création et envoi de factures 
  • Gestion des retours

Fonctions supplémentaires et interfaces

Outre les modules de base, la plupart des SGM modernes offrent de nombreuses fonctions supplémentaires qui permettent une utilisation encore plus large du logiciel. Il s’agit en partie de fonctionnalités qui sont en fait du domaine de l’ERP, de sorte que la frontière entre SGM et ERP s’estompe de plus en plus. Il existe par exemple les modules complémentaires suivants :

  • CRM (Customer Relationship
  • Management) : fonctions pour la gestion des relations avec les clients. 
  • Système de caisse (POS) 
  • Dropshipping 
  • Gestion des postes non-soldés
  • Comptabilité et gestion financière 
  • Solutions mobiles : par ex. apps pour le service extérieur (ventes ou intervention chez le client)
  • Système de boutique intégré 
  • Contrôle de gestion : mise à disposition de différentes analyses et rapports (statistiques de vente, chiffres clés des stocks). 
  • Gestion du personnel 
  • Gestion des documents 
  • Production : planification et contrôle de la production, saisie des temps.

À cela s’ajoutent les interfaces les plus diverses, qui permettent de réaliser des processus continus au-delà des limites du système et de l’entreprise. En voici quelques exemples :

  • Interface EDI : pour la transmission de données et de documents (par ex. factures) via un format standardisé. 
  • Interfaces CRM 
  • Interfaces avec les prestataires de services d’expédition (p. ex. DHL, UPS) 
  • Interfaces vers des systèmes de boutique (p. ex. Shopware, Magento) 
  • Interfaces avec des Marketplace (p. ex. Amazon, eBay) 
  • Connexion à des prestataires de services de paiement (p. ex. PayPal) 
  • Connexion à des outils de marketing

Comment trouver le système de gestion des marchandises qui me convient ?

Il existe aujourd’hui sur le marché de nombreux systèmes de gestion des marchandises. Les chevauchements avec le marché des ERP compliquent encore la situation. Les entreprises commerciales sont donc confrontées à une offre importante et confuse. Pour trouver le système de gestion des stocks optimal, il est donc indispensable de suivre un processus de sélection structuré. Celui-ci peut être schématisé comme suit : 

  1. Enregistrer les processus existants (y compris les forces et les faiblesses).
  2. Définir les processus cibles optimaux et les objectifs clairs de l’introduction d’un SGM.
  3. Définir les exigences techniques sur cette base (idéalement dans un cahier des charges).
  4. Subdiviser les exigences en « must have » et « nice to have ».
  5. Envoi du cahier des charges à une présélection de fournisseurs (Longlist)
  6. Filtrage des réponses et établissement d’une shortlist (trois à cinq fournisseurs).
  7. Comparaison des offres (pas seulement les fonctionnalités et les prix, mais aussi les caractéristiques du fournisseur).

Afin de ne pas adresser un cercle trop large de fournisseurs lors de la 5e étape, il convient de se baser sur quelques critères pour la présélection :

  • Ai-je besoin d’un logiciel individuel ou d’un logiciel standard ?
  • Est-ce que je préfère un SGM sur site ou une solution Cloud?
  • Dans quelle mesure les fournisseurs répondent-ils aux exigences de mon secteur ?

De la longlist à la shortlist

Pour établir une shortlist (étape 6), les entreprises commerciales ne doivent pas seulement tenir compte de la couverture fonctionnelle de leurs besoins, mais aussi de quelques autres aspects :  

  • Savoir-faire sectoriel : dans quelle mesure le fournisseur connaît-il mon secteur ? Existe-t-il des références ? 
  • Modulabilité: le système peut-il évoluer avec l’entreprise ? 
  • Interopérabilité : dans quelle mesure le SGM peut-il être mis en réseau avec l’environnement commercial ? 
  • Internationalisabilité : le système supporte-t-il par exemple plusieurs langues et devises ? 
  • Usability : le logiciel est-il facile à utiliser par les collaborateurs ? 
  • Mise en œuvre : le fournisseur dispose-t-il d’un concept de mise en œuvre éprouvé ? Soutient-il activement l’introduction ? 
  • Conditions : quelles sont les conditions ? La structure des coûts est-elle transparente ou y a-t-il des postes cachés ? 
  • Pérennité : le fournisseur développe-t-il continuellement ses systèmes, extensions et interfaces ? 
  • Humain : y a-t-il une « alchimie » entre l’entreprise et les collaborateurs du fournisseur ? 

Le choix final

Les fournisseurs figurant sur la shortlist sont examinés en détail lors de cette dernière étape de la sélection des logiciels. Cela se fait généralement par le biais de présentations de produits, d’ateliers et d’installations de démonstration. Sur la base de ces événements, il est possible d’obtenir des offres fermes indiquant les coûts initiaux et courants des différents systèmes. On dispose ainsi de toutes les informations nécessaires à une comparaison détaillée, à une évaluation des coûts et des avantages et au choix final d’un fournisseur.

Combien coûte un système de gestion des marchandises ?

Il n’est pas possible de répondre de manière générale à la question du coût d’un système de gestion des marchandises. En effet, les coûts dépendent fortement des exigences à remplir. Chaque entreprise doit donc procéder à une analyse économique précise. L’examen du coût total de possession (CTP) a fait ses preuves. Celui-ci ne donne pas seulement des informations sur les coûts d’acquisition, mais offre également un aperçu des coûts d’exploitation courants sur la durée d’utilisation prévue du système de gestion des marchandises. Les blocs de coûts suivants devraient être pris en compte dans l’aperçu des CTP :

Coûts d'achat

Ce bloc regroupe tous les coûts engendrés par un système de gestion des marchandises lors de son introduction. Pour les systèmes sur site, il s’agit des coûts de matériel (serveur, réseau, etc.) et des coûts de licence (généralement en fonction du nombre d’utilisateurs). Indépendamment du modèle d’exploitation, il faut également évaluer les coûts d’implémentation (par exemple la migration des données, la formation des collaborateurs) ainsi que les dépenses liées au Customizing et au conseil externe.

Frais d'exploitation

Cette catégorie regroupe les frais courants d’un système de gestion des marchandises en service. Dans le cas des offres Cloud ou SaaS, il s’agit en général de frais d’utilisation mensuels. En outre, pour les produits sur site, il faut tenir compte des dépenses d’assistance, de maintenance (contrats de maintenance), de mises à jour, de changements de version et de développement.

Évaluation du ROI (Return On Investment)

L’introduction d’un système de gestion des marchandises est un business case. Dans cette mesure, les dépenses financières ne doivent pas être considérées isolément. Elles doivent au contraire être mises en relation avec les avantages. Le résultat permet de répondre à la question du ROI. C’est la base d’une comparaison sérieuse entre les différentes solutions logicielles.

A quoi faut-il faire attention lors de l'introduction d'un système de gestion des marchandises ?

Pour qu’un système de gestion des marchandises puisse déployer tout son potentiel commercial et être bien accepté par les collaborateurs, il doit être mis en œuvre de la manière la plus structurée et la plus fluide possible. Heureusement, l’introduction des solutions modernes est devenue relativement simple. Cela vaut surtout pour les logiciels sur Cloud, qui sont généralement très rapidement opérationnels.

Malgré tout, l’introduction d’un système de gestion des marchandises est un projet qui ne doit pas être sous-estimé. Il nécessite des compétences décisionnelles, des ressources humaines et un budget. Il faut notamment mettre en œuvre les points à faire suivants :

  • Définir le plan de projet avec le partenaire
  • Définir le calendrier
  • Préparer et migrer les données
  • Personnaliser les modèles
  • Configurer les tableaux de bord et les rapports
  • Configurer les interfaces
  • Former les collaborateurs
  • Effectuer des tests approfondis

L’intégration des boutiques en ligne existantes, en particulier, doit être effectuée consciencieusement afin que les solutions fonctionnent parfaitement ensemble après le lancement.

Une autre mesure importante consiste à impliquer les collaborateurs dès le début. Ils devraient déjà participer à la définition des exigences et être informés à temps des changements à venir. Il est également recommandé de désigner des utilisateurs clés qui serviront de multiplicateurs dans leur domaine et contribueront ainsi à l’acceptation de la nouvelle gestion des marchandises.

Résumé

Dans cet article, nous avons tout d’abord appris qu’un système de gestion des marchandises est un logiciel qui soutient tous les processus d’une entreprise liés aux marchandises. Il est donc principalement utilisé dans les domaines de l’approvisionnement, du stockage et de la vente de marchandises. Les principaux utilisateurs sont des entreprises du secteur du commerce qui, grâce à son utilisation, obtiennent des plus-values telles que des économies de ressources, des processus fluides dans tous les canaux de vente, de la transparence et une plus grande satisfaction des clients. 

Nous avons également constaté qu’il existe différents types de systèmes de gestion des marchandises, les solutions basées sur Cloud avec des fonctionnalités spécifiques au secteur étant particulièrement populaires ces derniers temps. De même, il est apparu clairement que les solutions peuvent varier considérablement en termes de fonctionnalités. Alors que certains produits ne couvrent « que » des domaines clés tels que l’achat, la vente et la gestion des stocks, d’autres peuvent être étendus, parfois considérablement, grâce à des modules supplémentaires et des connecteurs. Certains atteignent ainsi quasiment le niveau de performance des logiciels ERP. 

En outre, nous avons clarifié la question de savoir comment trouver un système de gestion des marchandises adapté malgré la diversité de l’offre. Il est important de définir clairement les objectifs et les exigences et de mettre en place une méthode appropriée de présélection des fournisseurs. De même, une analyse détaillée des coûts et des avantages contribue à la réussite du choix du système. 

Pour finir, nous avons examiné les facteurs de réussite de l’introduction d’un SGM. Il s’agit ici d’une bonne organisation et planification, d’une configuration consciencieuse incluant des tests et également de l’implication précoce des collaborateurs.